Contacts OVNIs au Brésil – Thiago Ticchetti

Le Brésil est l’un des pays qui possède le plus grand nombre de cas d’OVNI dans le monde. Les cas qui se produisent dans le pays sont parmi les plus spectaculaires de la littérature ufologique, et ce livre présentera au lecteur certains des cas de rencontre rapprochée les plus fascinants, parmi lesquels beaucoup n’ont jamais été publiés à l’étranger auparavant, avec de nombreux détails, photos et illustrations. Sont couverts des cas bien connus, tels que l’affaire Varginha survenue en janvier 1996 et qui a été une impulsion pour l’organisation du premier forum ufologique mondial à Brasilia en 1997, auquel participa l’auteur et conférencier français Gildas Bourdais.

Le livre fait une grande place à l’Opération Prato de 1977 : à partir de la fin des années soixante-dix, notamment dans la région de Colarés, des pêcheurs et des paysans ont été pourchassés la nuit par des petits ovnis surnommés « chupas », les soulevant du sol et les brûlant avec des rayons lumineux. Une enquête militaire a eu lieu dans la région de Colarés (Etat du Pará), baptisée « Opération Prato » et dirigée par le colonel Hollanda. Ce dernier a confirmé les faits en 1997.

Une importante déclassification d’archives OVNI a été réalisée par les militaires autour de 2007, qui concerne ce cas parmi quelques autres. Le cas de l’Ile du Crabe a été l’objet d’une longue enquête de l’ufologue américain Bob Pratt, qui a longtemps résidé dans le pays. Ce cas tragique a vu un jeune homme de 22 ans perdre la vie ce 25 avril 1977 dans des conditions inexpliquées jusqu’à ce jour. On trouve encore dans le livre un récit complet de l’affaire Antonio Villas-Boas, cas historique d’enlèvement survenu en 1957 dans le Minas Gerais. Egalement l’affaire Ubatuba (1957), cas authentique de crash d’OVNI qui a été étudié par des services officiels américains et commenté dans les principales revues ufologiques dans le monde.

Le livre contient plusieurs autres cas de crash d’OVNIs peu connus. La « Nuit Officielle des Ovnis » a été le cadre de nombreuses observations par des pilotes civils et militaires, les 19 et 20 mai 1986, dans la région de Brasilia et de Sao Paulo. Également de nombreux cas de rencontres d’humanoïdes, dont plusieurs ont comporté des « communications » avec des considérations spirituelles, morales ou scientifiques. Ainsi du « Voyage » de Mario Restier : Emmené volontairement dans un ovni, il disparaît quatre mois, du 4 décembre 1949 au 14 avril 1950, et revient sain et sauf sans se douter du temps passé. On connait plusieurs cas de « dilatation » temporelle comme celui-là. Tous ces cas ont été l’objet d’une mise à jour.

Le lecteur trouvera aussi des observations d’OVNI par des pilotes civils et militaires, la présence d’un OVNI au-dessus d’une prison de la capitale brésilienne, la mort d’un témoin après avoir été frappé par un rayon émis par un OVNI. Ce livre a un total de 470 pages et contient plus de 200 illustrations.

L’auteur :

Thiago Luiz Ticchetti est né le 5 janvier 1975 à Santa Crus, État de Janeiro; son père était colonel de l’armée de l’air Brésilienne. Thiago Luiz Ticchetti a fait des recherches sur les ovnis depuis plus de 20 ans, a enquêté sur plus de 40 cas et a participé à plus de 50 veillées ufologiques. En 1977, il a participé au 1er Forum Mondial de l’ufologie, tenu à Brasilia, où fut invité par Roberto Alfonso Beck à rejoindre l’organisme brésilien pour les études extraterrestres (EBE-ET). Pendant plus de 10 ans, il a pris une partie active dans l’organisation, jusqu’à devenir vice-président. Il a intégré l’équipe de rédaction du magazine Revista UFO en 1997, où il commença comme traducteur bénévole, avant de devenir consultant, coordinateur international, et actuellement coéditeur. Il est responsable de la rubrique « Monde Ufologique » du magazine. Depuis 2019, il occupe le poste de président de la Commission Brésilienne d’Ufologues (CBU). En 2017, il a été nommé Assistant du directeur international du MUFON au Brésil, et enquêteur de terrain certifié MUFON. Auteur de dizaines de textes pour le magazines Revista UFO, il a publié 9 livres.

Thiago Luiz Ticchetti a eu l’occasion d’interviewer les plus grands chercheurs de la communauté ufologique, parmi lesquels Nick Redfern, João Alexander, Donald Schmitt, David Childress, Don Ledger, Philip Mantle, David Jacob, Kevin Randle, Stanton Friedman, Nick Pope, Jerome Clark, Graham Birdsall, Wendelle Stevens, parmi d’autres. Il a été le premier et le seul chercheur brésilien à publier des articles dans le magazine britannique UFO Matrix. Il est actuellement chroniqueur pour la revue britannique UFO Truth Magazine.

Thiago Luiz Ticchetti anime le site Investigacão OVNI au Brésil.


UNE VAGUE D’OVNIS SUR LE BRÉSIL

En 1977, Colares est une île peu peuplée qui vit principalement de la pêche. Cette île, reculée de la civilisation comptait environ 2 000 habitants au moment des faits. Toutefois, presque tous les habitants de cette île ont été témoins de ces apparitions d’ovnis.

Les observations d’ovnis à Colares ont mis du temps avant d’être prises au sérieux. Elles étaient dans un premier temps qualifiées d’hystérie collective par les autorités politiques et religieuses. Cependant, face à la multiplication des récits, la presse locale a fini par s’emparer du sujet. Les médias locaux ont ainsi récolté plusieurs témoignages et ont publié plusieurs articles sur le sujet.

Le 17 juillet 1977, le quotidien O Estado do Marhanhão rapporte :

« L’apparition d’un OVNI au dessus de la ville de Pinheiro (a 400km de Colares), a créé la stupeur et la panique au sein de la population. Certains, affirment que cet objet s’approche de ses victimes pour les paralyser et leur prélever du sang. Beaucoup prennent l’existence de ces OVNIS très au sérieux, puisqu’une équipe de journalistes à pu filmer l’un de ces objets. Observé par des milliers de témoins dans la région de Pinheiro, l’ovni à la forme d’un « Y ». La terreur est réelle dans la région, la population appréhende de sortir la nuit et la rumeur affirme que lorsque l’ovni vol à basse altitude, il émet un rayon lumineux extrêmement incandescent. »

Ce témoignage troublant ne sera pas le seul, l’armée va en être témoin également, et les blessures vont être rapportées dans les dossiers médicaux.

Ces lumières ont été surnommées « CHUPA CHUPA » par les habitants, à cause des formes laissées par leurs blessures. Ces blessures sont comparables aux marques laissées par les sangsues qui sucent la peau et la sang. Or, face à cette étrange phénomène, les nombreux pêcheurs de l’île redoutaient de plus en plus leurs sorties en mer.

En effet, parmi ces pêcheurs, certains affirment avoir vu un vaisseau sortir de l’eau avant de s’en aller au loin…

Un conseiller municipal en place actuellement, a été interviewé par le journaliste Paul Beban sur les événements de Colares, il déclare : (source: Contact épisode 7 et 8)

« Sur l’île de Colares en 1977, tous les habitants ont été pris de panique. Les gens ne se sentaient plus en sécurité dans leur maison. Ils n’arrivaient plus à mener une vie normale. Ils avaient peur de ses lumières. »

Et pour causes, plusieurs témoins affirment que les lumières provenant de ces OVNIS, pouvaient s’infiltrer à travers les fissures des murs ou des plafonds.

Naoto, un habitant de l’île témoigne :

« Je dormais, il devait être une heure du matin. Je me suis réveillé et j’ai vu des rayons qui visaient ma jambe. J’ai senti trois piqures, je n’arrivais plus à bouger, je me sentais complètement paralysé. Après 15 minutes j’ai pu appeler à l’aide et les lumières avaient disparu. »

Face à ces témoignages, le médecin de l’île va ainsi examiner et confirmer les traces laissées par ces lumières. Selon les témoignages et les récits, ces lumières apparaissaient toujours le soir, entre 18h00 et 19h00. Par ailleurs, des dizaines de personnes affirment avoir été victimes de ces étranges lumières. La docteur Wellaide Cecim Carvalho, était à cette époque, le médecin principal de Colares et s’est occupée de toutes les victimes. Parmi ces victimes, l’une était atteinte d’une faiblesse musculaire, elle ne pouvait ni parler, ni entendre.

« J’ai d’abord pensé qu’elle était atteinte de la malaria, mais les témoins ont déclaré que la victime s’est fait attaquer par une lumière, alors qu’elle était sur le porche de sa maison. »

De formation scientifique, le Dr Wellaide Cecim Carvalho sait rationaliser une situation, et avant tout garder un esprit critique.

« J’ai d’abord cru qu’il s’agissait d’une hallucination collective. Mais en un mois on a eu plus de 40 victimes »

Or, ce médecin intrigué par la similitude des récits, affirme avoir proposé plusieurs fois aux militaires présents sur place son aide pour enquêter sur ces phénomènes troublants. Mais sa présence semblait les déranger, et à sa grande surprise, elle a été mutée. Néanmoins, la Dre Carvalho a vu suffisamment de cas pour relater les faits suivants.

voir article : https://sciencemysterieuse.com/ufologie-ovni/affaire-colares-incroyable-vague-dovnis-bresil/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s